Le prêt de salariés consiste en le prêt de salariés entre une entreprise A et une entreprise B.

Si la nature d'engagement est très semblable au mécénat de compétences entre une entreprise A et une association B, son cadre juridique est différent.

⚖️ Définition du cadre juridique

ℹ️ Votée en 2011, la Loi Cherpion porte sur le développement de l'alternance et la sécurisation des parcours professionnels. L'article 40 porte sur le prêt de salariés entre entreprises. Cette loi permet aux entreprises de se prêter des salariés dans le cadre d'un échange de compétences. La loi autorise le prêt de main d'œuvre à but non lucratif (L.8241-1 et 2 CT). Le principe fixé par le Code du travail est le suivant : l'entreprise prêteuse ne doit tirer aucun bénéfice du prêt. Ainsi, seuls peuvent être facturés les salaires, les charges sociales et les frais professionnels.

ℹ️ Votées en 2017, les ordonnances dites “Macron” ont précisé le cadre du prêt de salariés entre entreprises (article 33 de l’ordonnance n°2017-1387). Elles favorisent et sécurisent le prêt de main d'œuvre entre, d'une part, un groupe/une grosse entreprise et, d'autre part, une jeune entreprise ou une PME.
> Les entreprises prêteuses sont les entreprises comptant au moins 5000 salariés ou celles appartenant à un groupe d'au moins 5000 salariés.
> Les entreprises utilisatrices sont les jeunes entreprises de moins de 8 ans d'existence et les PME de moins de 250 salariés.

🧐 Dans le cadre de Vendredi

La loi Cherpion et l’ordonnance n°2017-1387 permettent donc à des salariés d’une grande entreprise (plus de 5000 salariés) de s’engager, jusqu’à 2 ans maximum, pour une entreprise (de moins de 8 ans et de 250 salariés maximum). Si l'entreprise à un impact social et/ou environnemental positif elle peut donc bénéficier de l’accompagnement de Vendredi. Voir nos critères d'éligibilité.

Le salarié prêté à l'entreprise B continue à être payé par son entreprise d'origine, l'entreprise A. Le contrat ne peut pas être rompu ou modifié et le salarié devra à son retour retrouver son poste d'origine ou un poste similaire.

📄 Les documents juridiques

Ce nouveau dispositif de prêt de main d'œuvre à but non lucratif obéit à un régime juridique spécifique.

Les documents juridiques à signer sont encadrés par le code du Travail :
- Une convention (R.8241-2 CT) entre l'entreprise prêteuse et l'entreprise utilisatrice. Elle mentionne l'identité, la qualification du salarié concerné et le mode de détermination des salaires, des charges sociales et des frais professionnels qui seront facturés le cas échéant à l'entreprise utilisatrice par l'entreprise prêteuse (qui peuvent être nuls).
- Un avenant au contrat de travail signé par le salarié, précisant le travail confié dans l'entreprise utilisatrice, les horaires et le lieu d'exécution du travail, ainsi que les caractéristiques particulières du poste de travail.

🖥 Et sur la plateforme Vendredi ?

De nombreuses entreprises sociales proposent des missions de compétences accessibles aux salariés des entreprises partenaires de Vendredi : ils peuvent donc y candidater et leur expérience sera juridiquement encadrée par une mise à disposition de salariés à titre gratuit.

👉 Pour les découvrir, connectez-vous à votre compte ou contactez l'équipe Vendredi pour que votre entreprise rejoigne l'aventure.

Avez-vous trouvé votre réponse?